Rachel Nusbaumer est une musicienne suisse, passionnée de musique depuis sa plus tendre enfance. Elle commence le solfège à l’âge de 5 ans, étudie la flûte et le hautbois au Conservatoire de Delémont puis de Genève. Parallèlement elle s’intéresse et se familiarise de plus en plus à la composition musicale sur ordinateur, qui lui permet, à défaut d’avoir un vrai orchestre, de pouvoir jouer ses compositions. Petit à petit, grâce à cette nouvelle technologie, elle se tourne vers une musique plus électro. Ce mélange de musique classique et de musique électronique définit son style musical si particulier.

La musique classique reste une base pour elle, mais elle adore la mixer avec des sonorités plus électroniques. Elle aime le mélange des genres, développer des accords classiques avec des sons plus contemporains. Ses influences sont aussi bien Bach ou Corelli, que Jean-Michel Jarre, Ennio Morricone ou Hans Zimmer.

Sa passion pour la composition ne fait que croitre et elle réalise plusieurs albums. La compilation internationale « Bands United » à laquelle elle participe lui offre une visibilité mondiale et elle est contactée à plusieurs reprises pour composer des musiques, en Europe et outre-Atlantique.

Sa musique néoclassique l’a assez vite orientée vers les musiques de film et d’illustration sonore. Elle a travaillé avec les Studios Banshee (UK) pour réaliser les musiques de leurs jeux vidéo. En 2006, sa composition Daydreaming est jouée au One olympic show à Turin lors des Jeux Olympiques. Plus récemment, elle rejoint l’équipe de la web-série « The Fumble zone » pour en composer la bande-son. Elle a également collaboré avec Swiss Aerial, société spécialisée dans l’imagerie aérienne de haute définition. Et elle travaille régulièrement avec les studios Mithril pour composer la bande-son de leurs vidéos.
Elle compose des bandes-son pour des courts-métrages et documentaires (Bleed for me, Love.Life.Lie, Nouvelle trajectoire…). En 2015, « L’Inconnue du Parc », court-métrage du réalisateur suisse Sébastien Cornioley, pour lequel elle a composé la musique, est sélectionné au 68e Festival de Cannes et lui permet de gravir les mythiques marches rouges.